Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 19:08

La catégorie du prix qui engendre une économie politique efficiente est forcément relié à la fois à la quantité et à la qualité, à la matière et à la forme, à la réalité subjective et à la réalité objective, à la responsabilité politique et au calcul économique. Pour que l'eau soit gratuite, il faut qu'il y ait des quotas attribués à des consommateurs identifiés, des instruments de mesure des quotas, une répartition des quotas et un coût, donc un prix, de non respect des quotas. Tous ces nombres sont des prix qu'il faut pouvoir convertir les uns dans les autres pour dire si les quotas sont pertinents ou non, respectés ou non et transformés ou non dans une réalité que nous jugions positive.

De même la gratuité qui donne existence gratuitement à l'humain a nécessairement une dimension sociale..., qui n'opère pas si elle n'a pas de prix effectivement dû par des citoyens qui sont les acteurs de la société réelle. Là encore le prix est nécessaire pour matérialiser la norme d'existence, pour la mesurer, pour la vérifier collectivement et véridiquement et pour la compenser au cas par cas selon l'écart constaté entre le promis et le réalisé. Si le prix ne fait pas la continuité entre idéalisation subjective et réalisation objective, alors rien de ce que nous pensons, disons et voulons n'est applicable objectivement et concrètement dans nos réalités économiques et politiques vécues.

Sur le plan financier de l'actualisation de nos fins humaines désirables dans la réalité présente concrète, il n'y a pas de transformation possible du désirable engagé en mobilisation actuelle de moyens adéquats sans instrument de continuité conceptuelle entre le nominal du prix et la prime du prix. Si le marché financier des options de prix des réalités nommées ne peut pas exister objectivement, alors absolument rien de ce que nous disons et souhaitons ne peut advenir dans la réalité. Ce qui est est et ne peut pas être autrement : There is no alternative comme disent les disciples libéraux de Lady Thatcher.

Partager cet article

Repost 0
Pierre Sarton du Jonchay
commenter cet article

commentaires

Pierre Sarton Du Jonchay

  • : Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • : La crise économique actuelle a ses racines dans la civilisation. La compréhension des phénomènes en cours exige une redéfinition de la monnaie, du crédit, du risque, du marché et de la responsabilité publique. La discussion est ouverte.
  • Contact

Recherche

Catégories