Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 14:16

L'hypothèse est encore marginale dans la recherche académique d'une explication possible de la crise actuelle non pas à partir des concepts et théories existants mais à partir d’une évaluation des incertitudes entre les modèles de connaissance en vigueur et la matière actuellement observable.

L’informatisation de la connaissance et la mondialisation produisent des interactions entre les domaines et les acteurs de la connaissance qui sont encore largement inconnues et dont les conséquences ne sont pas conceptualisées. Ainsi l’explosion des rémunérations financières ou la volatilité des prix sur les marchés financiers sont constatées mais non expliquées. Il n’est pas possible aujourd’hui de dire si ces phénomènes obéissent à une nécessité objective scientifiquement vérifiable ou s’ils proviennent d’un rapport de force historique tout à fait arbitraire.

Face à cette réalité anthropologique expérimentale, la démarche originale de Paul Jorion consiste à remonter au niveau de l’épistémologie, de la philosophie et de la linguistique pour analyser les prémisses historiques de l’état actuel des sciences de la politique, du droit, de la société, de la finance et de l’économie. La remise à plat du socle conceptuel de la science moderne ne peut pas se dispenser de reprendre la conceptualité d’Aristote pour reformer les concepts de modélisation de la matière politique qui puissent produire une explication des phénomènes rassemblés sous l'appellation d’hyper-modernité.

La conclusion qui émergera dans la recherche économique, financière et juridique, c’est la possibilité de mesurer par un marché d’option l’écart possible et variable entre un modèle scientifique et son objet matériel de connaissance désirée. Cette « mécanique » d’évaluation du risque de la connaissance humaine s’exprimera par la monnaie si la monnaie est régulée selon cette logique ; s’il est mis en vigueur un « méta-droit » universel obligeant tout locuteur scientifique à engager ses hypothèses théoriques sur un marché qui cote le risque de fausseté des hypothèses par le coût probable de ses conséquences.

Ce paradigme transformé de la connaissance scientifique objective peut se résumer à une mutation de la description platonicienne du monde vers sa discussion aristotélicienne. Ce changement de paradigme s’exprime sur l’internet où toutes les connaissances sont exposées sur un même plan sans hiérarchie a priori. C’est au sujet humain de la connaissance de construire sa grille individuelle de lecture selon les objectifs virtuels ou réels qu’il poursuit pour lui-même et pour les sociétés auxquelles il choisit de s’intégrer ou non.

Le parti de poser l’hyper-modernité comme posture scientifique moderne de rupture avec la tradition scientifique pré-moderne antérieure à la Renaissance peut apparaître encore prématurée. Le processus actuel de transformation de la connaissance dans la mondialisation et la numérisation du savoir est brutal. La science a pris trop d'avance sur la conscience.

 

CapitalCreditMonnaieCouverture

Partager cet article

Repost 0
Pierre Sarton du Jonchay - dans Théorie
commenter cet article

commentaires

Clovis Simard 07/08/2012 12:38


(fermaton.over-blog.com),No-25. THÉORÈME CUSANUS. - Une connaissance moderne du monde.

Pierre Sarton Du Jonchay

  • : Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • : La crise économique actuelle a ses racines dans la civilisation. La compréhension des phénomènes en cours exige une redéfinition de la monnaie, du crédit, du risque, du marché et de la responsabilité publique. La discussion est ouverte.
  • Contact

Recherche

Catégories