Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 16:20

ImageJorion

Vérité et mensonges de la théorie monétariste

Commentaire déposés sur le Blog de Paul Jorion.


Un concept sans réalité tangible

Convenons que la vitesse de circulation de la monnaie est un concept sans réalité visible en soi donc non mesurable comme cause hypothétique de la création monétaire. Quand plus de transactions sont conclues dans l’économie avec une même quantité de monnaie centrale au bilan de la banque centrale, personne n’a jamais été capable de faire la différence entre une augmentation bancaire de la transformation de monnaie centrale en crédit et une accélération de la compensation des crédits entre banques. La monnaie matière métaphysique est comme la matière physique à la fois ondulatoire et corpusculaire. La vitesse de circulation est l’onde et le crédit inscrit dans les dépôts bancaires est l’accumulation de corpuscules. Les banques travaillent sur l’ambivalence matérielle de la monnaie et la spéculation joue sur l’impossible fixation de la monnaie entre l’onde et le corpuscule.

Pour revenir dans la réalité humaine qui n’est pas quantique il faut considérer le système financier phénoménologiquement en réunissant dans un même champ de relations la réalité objective analysée et la réalité subjective analysante. Là on revient à la réalité du marché où des objets informationnels s’échangent entre des sujets informés s’il existe des règles pour que toutes les informations pertinentes au prix soient effectivement échangées. Un tel marché de l’information régulée existe : c’est le marché international d’option de la réalité en droit que les démocraties qui veulent se développer instaureront entre elles pour connaître le prix de ce qu’elles produisent effectivement.

Partager cet article

Repost 0
Pierre Sarton du Jonchay - dans Théorie
commenter cet article

commentaires

Pierre Sarton Du Jonchay

  • : Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • : La crise économique actuelle a ses racines dans la civilisation. La compréhension des phénomènes en cours exige une redéfinition de la monnaie, du crédit, du risque, du marché et de la responsabilité publique. La discussion est ouverte.
  • Contact

Pierre Sarton du Jonchay

Atlantico.fr

Le Cercle des Echos

LinkedIn

Viadeo

Recherche

Catégories