Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 15:42

CapitalCreditMonnaieCouverture

Les réactions à la dégradation de la notation de la dette publique grecque et de plusieurs régions espagnoles soulignent le divorce entre la politique et la finance. Les milieux politiques semblent vouloir ignorer que la crise économique et financière vient de l’effacement du pouvoir politique qui ne produit pas le cadre légal de régulation des marchés financiers. Les circuits économiques et financiers internationaux se placent au-dessus des lois nationales ; ils donnent à penser que le pouvoir financier n’a pas à se soumettre à un ordre et à une responsabilité politiques. Les gouvernements européens protestent mais ne décident rien.

Le paradoxe est que l’Union Européenne est doté de tout l’appareillage législatif et institutionnel pour ordonner les échanges commerciaux et financiers internationaux au droit. Mais les pouvoirs politiques européens se laissent posséder par des impératifs financiers qui traduisent des intérêts particuliers dissociés du bien commun des sociétés et des citoyens européens. La construction européenne est en train de perdre toute crédibilité dans les opinions publiques et maintenant détruit l’autorité des gouvernements nationaux. Le discours politique officiel apparaît totalement décalé avec la réalité perçue par le commun des mortels.

Le marché commun européen d’options financières de change et de crédit est le seul moyen de réarticuler la politique et la finance ; de faire revenir la gouvernance politique dans la réalité financière pour réguler effectivement la finance par le Droit. Il faut que des professionnels de la finance, de la banque, du droit et de la science économique se concertent pour proposer des modèles alternatifs à la logique spéculative qui remplit le vide de la régulation financière. Comme aucun modèle ne peut exprimer la diversité des choix humains présents et à venir, il n’y a pas d’autre équilibre financier international que par un marché d’option. Les lois différentes que les hommes appliquent dans leurs pays doivent se garantir réciproquement par des primes de change sur des parités monétaires librement négociées sur un marché des changes transparent.

Partager cet article

Repost 0
Pierre Sarton du Jonchay - dans Régulation
commenter cet article

commentaires

Pierre Sarton Du Jonchay

  • : Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • : La crise économique actuelle a ses racines dans la civilisation. La compréhension des phénomènes en cours exige une redéfinition de la monnaie, du crédit, du risque, du marché et de la responsabilité publique. La discussion est ouverte.
  • Contact

Pierre Sarton du Jonchay

Atlantico.fr

Le Cercle des Echos

LinkedIn

Viadeo

Recherche

Catégories