Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 10:43

Eviter la guerre civile

Le problème de la synthèse humaine est extraordinairement simple à poser et impossible à résoudre rapidement. La connaissance humaine s’est divisée en chapelles qui ne communiquent pas entre elles. Chacun croit se protéger en rendant ses compétences hermétiques aux autres. La science, et notamment la science économique, a cru prendre le pouvoir en reléguant les humanités hors du champ scientifique. Le résultat est qu’il est impossible de parler de finalité et de bien humain à l’intérieur du raisonnement économique et des concepts courants de la science économique.

La conceptualisation discutable de l’homme avec la rationalité économique en passant par le droit et la philosophie est à reposer. La difficulté à se comprendre vient de la connaissance intersubjective qu’on croit inutile parce que l’objectivité des concepts serait évidente et apprise de la même façon par tout le monde. C’est totalement faux. Il faut instaurer la discussion pour se comprendre.

Le dialogue est stérile entre sujets qui ne savent pas ce que l'autre ne sait pas. Et quand les mots employés sont empiriquement polysémiques. Cette situation n’a aujourd’hui rien de surprenant : bien que la crise des finances publiques soit ancienne et parfaitement analysée, les négociations entre la politique et la finance pour renflouer la Grèce sont dans une impasse totale. Il faut réapprendre à se parler. L’option sert à calculer des primes de compréhension réciproque ; rien à voir donc avec l’utilisation spéculative actuelle.

La réhabilitation de l'option passe par un ré-ajustement des vocabulaires, entre le droit et la philosophie de la valeur. L’option rend compte de l'articulation du discours juridique sur toute philosophie de la valeur. L’option produit le prix du droit en valeur et le prix de la valeur en droit. Le droit est la prime acquise par le philosophe du prix que le juriste attribue à sa valeur. La valeur est la prime acquise par le juriste du prix que le philosophe attribue au droit.

Le même exercice est à accomplir entre l’économie et la philosophie. Le croisement de l’économie et de la philosophie derrière laquelle se trouve la politique donne une base et un prix à la finance justement par la logique d’échange d’option. La prime juridique de la finance est actuellement négative par rapport à la masse nominale de crédit qu’elle affiche dans le système des monnaies. Cette prime négative n’a pas de prix afin de rester dissimulée. Les gouvernements européens manipulés par les marchés essaient de passer la « facture » aux peuples.

La chambre de compensation internationale d’option permettra de calculer toutes les primes des monnaies, du crédit, du capital et des biens et services réels. Si elle n’est pas instaurée rapidement, les gouvernements actuels seront remplacés par des « démondialisateurs nationalistes » qui poursuivront la guerre économique aux dépens des peuples. La bataille idéologique fait rage entre la démocratie et l’individualisme néo-libéral asocial. Comme dans les années trente, la démocratie part avec un handicap. Il faudrait pouvoir faire l'économie d'une guerre civile mondiale pour restaurer la démocratie.

 

Partager cet article

Repost 0
Pierre Sarton du Jonchay - dans Débat
commenter cet article

commentaires

Pierre Sarton Du Jonchay

  • : Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • : La crise économique actuelle a ses racines dans la civilisation. La compréhension des phénomènes en cours exige une redéfinition de la monnaie, du crédit, du risque, du marché et de la responsabilité publique. La discussion est ouverte.
  • Contact

Recherche

Catégories