Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 14:24

L'impossible retour aux accords de Bretton Woods


Cher Monsieur Dufau,

Cet article (dont j'attends la conclusion) est plein d'espoir. Il parle de la réalité financière vivante sous nos yeux et de l'histoire qui nous y a menés. Vous osez explorer les solutions à l'anarchie des changes flottants.

Vous êtes trop aimable d'affirmer que l'effondrement du dollar aurait des conséquences immédiatement cataclysmiques. Tout votre blog démontre que nous sommes dans le cataclysme. Le dollar s'est effondré et les changes flottants masquent cette réalité. Nous faisons semblant de l'ignorer en continuant d'afficher des taux de change qui ne signifient plus rien.

L'effondrement de la croissance n'est pas un choc mécanique d'une cause extérieure à nous-mêmes. C'est le gel du calcul économique, le gel des anticipations de la valeur par le crédit. La raison est toute simple : le dollar n'a plus de valeur sûre depuis l'été 2007. Les marchés financiers l'ont immédiatement constaté et se sont efforcés de cacher leur conviction avec les liquidités des banques centrales.

La vérité a éclaté avec la faillite de Lehman Brothers. La disparition du crédit était devenue trop évidente pour ne pas concéder des liquidations bancaires ; il fallait commencer à reconnaître la non-valeur de dettes inter-bancaires qui ne seraient jamais remboursées. Il fallait également constater que la croissance anticipée dans la masse des crédits et dans les titres de propriété financière s'était déconnectée de la réalité économique.

Les marchés financiers savent parfaitement que la croissance des bilans des banques centrales et des États est une solution d'attente d'un modèle de rechange du système calcul économique. On peut au mieux espérer l'arrêt de la descente. Le risque accumulé dans les dettes publiques enlève toute certitude au crédit qu'elles représentent et à la valeur des monnaies par lesquelles on les mesure. Sans étalon de valeur fiable nulle part dans le monde, les taux de change ne signifient plus rien.

Nous éprouvons les délices mortifères des changes flottants. Il est interdit de dire qui doit vraiment combien à qui entre zones monétaires différentes. Si les BRIC ont peur de l'effondrement du dollar, qu'ils le disent et leurs créances sur le reste du monde n'auront plus de valeur. Si la BCE prétend que l'euro a encore un pouvoir d'achat stable, qu'elle le dise et les produits européens deviendront inachetables en dollar par le non-européens. Chacun sent que le régime des changes flottants est une croute monétaire hyper fragile sur laquelle on ne peut avancer qu’en marchant sur des œufs … L'omelette est en réalité déjà servie avec plein de coquilles dedans. Il est inutile de dire qu'elle n'est pas bonne ; il n'y a rien d'autre à manger en régime de changes flottants !

Partager cet article

Repost 0
Pierre Sarton du Jonchay - dans Monnaie
commenter cet article

commentaires

Pierre Sarton Du Jonchay

  • : Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • : La crise économique actuelle a ses racines dans la civilisation. La compréhension des phénomènes en cours exige une redéfinition de la monnaie, du crédit, du risque, du marché et de la responsabilité publique. La discussion est ouverte.
  • Contact

Recherche

Catégories