Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 16:10

Tester la compensation keynésienne en quatre dimensions numériques

Contexte

L'auteur de ce blog a entamé depuis 2010 une collaboration avec Paul Jorion pour promouvoir et expliciter la vision keynésienne de la monnaie qui avait sans succès inspiré la proposition du bancor à Bretton Woods. Contrairement aux apparences du discours politique ou économiste, voire même aux déclarations de Keynes lui-même, le système monétaire et financier en vigueur depuis 1944 n'institue aucune coopération réelle entre les Etats pour régler la stabilité du crédit et des monnaies.

Le « gold exchange standard » a été abandonné en 1971 à cause de l'accumulation de dettes en dollar des Etats-Unis envers le reste du monde. La suspension de toute convertibilité à un prix fixe des monnaies en or a permis de faire monter sans limite rationnelle la pyramide des dettes des Etats et des banques envers l'économie réelle. Le désastre apparaît dans toute son ampleur : l'effondrement en cours des Etats, des banques et des monnaies a pour origine la dissolution pratique de la relation entre les prix et les actes d'achat et de vente des biens et services réels.

L'émission monétaire est capturée par la spéculation initiée à partir des places financières dites off shore dont la City et Wall Street sont les têtes de pont. La finance extra-territorialisée échappe à toute régulation des systèmes de droit des Etats nationaux ou internationaux tels l'Union Européenne.

Le problème à résoudre

Les propositions de Keynes à Bretton Woods n'avaient pas abouti en l'absence de marché international établissant une relation logique entre les transactions réelles et le crédit des personnes physiques agissant solidairement par des personnes morales assurées par les Etats. Jusqu'à aujourd'hui, il n'existe pas de règle objective de continuité de la responsabilité du crédit par les transactions réelles. La liberté de circulation des capitaux est interprétable dans le monde entier comme liberté de ne pas respecter les lois ni de payer les impôts qui financent le bien collectif.

Dans Comment la vérité et la réalité furent inventées puis dans Le prix, Paul Jorion a montré que les conditions de connaissance et d'appréciation de la réalité entre les personnes qui la transforment et l'échangent sont posées depuis Aristote. La responsabilité de tout acteur économique sur les prix du présent et du futur peut être objectivement posée par la numérisation monétaire du réel. Depuis Aristote, la finalité du signe monétaire est de réguler les échanges selon les lois de la cité.

Il n'est plus douteux à présent que la globalisation des échanges et la numérisation des transactions a d'abord servi à exonérer les puissants des lois nécessairement nationales. Le chaos financier qui en résulte invite à un nouvel age de la monnaie reconvertie en lien universel entre les droits humains et les choses matérielles. Le principe de la convertibilité de la monnaie en droits des citoyens obéit aux règles bien connues depuis le Moyen Age de la compensation. Règles dont Keynes avait précisément réclamé l'application à l'échelle internationale par la chambre de compensation en bancor.

Maquétisation de la compensation

La numérisation totale des flux financiers internationaux déjà réalisée dans le système financier actuel permet une compensation internationale automatisée au profit des banques et intérêts financiers privés. Les parités de change sont fixées pour allouer les bénéfices de croissance de l'économie réelle aux intérêts spéculatifs improductifs. L'extra-territorialité financière autorise le système financier à faire péricliter l'économie réelle pour accroître ses prélèvements par des dettes usuraires remboursables par les contribuables à la place des débiteurs définitivement insolvables.

Afin de montrer que les techniques numériques permettent sans difficulté de modéliser non seulement l'attribution des prix aux choses mais aussi la responsabilité personnelle des individus sur les choses, l'auteur de ce blog a, comme annoncé dans ses derniers articles sur le Blog de Paul Jorion, développé une maquette dynamique d'une chambre de compensation indépendante des lois nationales mais garantie par les réserves de change accumulables par les Etats dans leur zone monétaire.

L'algorithme de compensation reprend toutes les règles nécessaires d'équilibre des prix. Ces règles produisent et contiennent :

  1. 1 la liquidité en biens et services réels de toute transaction licitée par la transparence de marché

  2. 2 l'assurance réelle et financière par la puissance publique de l'intégrité des personnes et des biens

  3. 3 la couverture financière en travail, en crédit, en capital et en assurance mutuelle de toute transaction

  4. 4 la stabilité monétaire dans un environnement économique ouvert intégrant plusieurs unités de compte et plusieurs systèmes de prix

La maquette montre visuellement et numériquement :

  1. 1 que les règles de l'économie de la production sont entièrement informatisables par le langage d'indexation hypertexte (html)

  2. 2 que la production, l'économie, la monnaie et le crédit sont régulables par la responsabilité financière mise en réseau des personnes physiques et des personnes morales

  3. 3 que les systèmes juridiques, les systèmes politiques et les systèmes informatiques sont actuellement interconnectables par des chambres de compensation supervisable par les États de droit institués

  4. 4 que les spécifications des réformes monétaire, bancaire et budgétaire en cours d'élaboration dans l'Union Européenne correspondent au système de compensation keynésien en quatre dimensions : assurance, capital, crédit, liquidité

Valider et tester le concept

L'instabilité systémique peut être réduite par la reconstitution de la responsabilité publique sur la légalité des prix. Le prototypage informatique en voie d'achèvement modélise tous les instruments financiers de règlement économique et juridique en 6 tables élémentaires : substantifs, personnes, objets, biens, primes et offres de prix. Une table de synthèse historise tous les prix d'équilibre par bien et service résultant de l'algorithme programmé en SQL. L'interactivité de la maquette est assurée par des formulaires de saisie, d'analyse et de synthèse. Le résultat livré est le calcul en temps réel de la position financière de marché équilibrée par bien, par personne physique et par personne morale.

Une fois validé le modèle conceptuel de donnée, le moteur de compensation est implantable pour expérimentation dans n'importe quel système d'information comptable. Son effet principal est d'indexer tout les prix sur l'engagement vérifiable du droit ; la convertibilité de toute unité monétaire est indexée sur le capital de marché constitué par négociation organisée des garanties de crédit (Credit Default Swaps).

Partager cet article

Repost 0
Pierre Sarton du Jonchay - dans Monnaie
commenter cet article

commentaires

Pierre Sarton Du Jonchay

  • : Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • : La crise économique actuelle a ses racines dans la civilisation. La compréhension des phénomènes en cours exige une redéfinition de la monnaie, du crédit, du risque, du marché et de la responsabilité publique. La discussion est ouverte.
  • Contact

Pierre Sarton du Jonchay

Atlantico.fr

Le Cercle des Echos

LinkedIn

Viadeo

Recherche

Catégories