Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 08:08

Cupidité humaine débridée

la mutualisation rampante de la dette publique européenne a une efficacité certaine mais dangereuse eu égard à la culture allemande. Les Allemands sont très inquiets de l'accumulation des dettes irrécouvrables sur les non-Allemands en contrepartie de leur épargne et de leurs dépôts. Cette inquiétude s'illustre dans la brutalité féroce de la classe politique allemande vis-à-vis des Grecs et de toute l'Europe latine. La mutualisation rampante des dettes a un prix qui est la montée explosive du ressentiment entre germanistes et non-germanistes.

La rationalité économique des élites européistes n'est pas transparente pour les peuples européens. D'autant plus qu'elle débouche objectivement sur la dislocation des liens sociaux et des motifs du vivre ensemble dans la multinationalité et la pluralité culturelle. Il y a surtout une contrainte de temps objective quant à la profondeur des mutations à accomplir pour restaurer des perspectives de survie pour nos enfants sur terre.

Laisser faire la force immanente des choses paraît de moins en moins raisonnable eu égard aux conséquences réelles vertigineuses de la cupidité humaine débridée. Le souci démocratique réel des Allemands est à prendre au sérieux immédiatement non seulement pour ne pas compromettre l'amitié accumulée entre Allemands et non-Allemands mais pour mobiliser toutes les forces européennes dans un avenir viable et pacifié de l'espèce humaine sociale et politique.

La démocratisation du marché commun européen confusément attendue par les Allemands impose une acceptation allemande consciente rationalisable de l'existence, distincte de la leur, des autres peuples européens. Elle impose aussi une renonciation par l'ensemble des élites européennes, spécialement la franco-germaniste, à la religion féroce du capitalisme libéral déconnecté de la vie réelle concrète individuelle et sociale des gens d'en bas.

Le moyen de la dictature oligarchique du capital abstrait sur des individus désocialisés a été sur le continent européen l'endettement usuraire non régulable en euro des États et des travailleurs entrepreneurs à l'égard d'un système financier anonyme refinancé par une banque centrale supranationale indépendante des lois politiques nationales et internationales. L'Allemagne se retrouve bénéficiaire factice de l'ordolibéralisme des élites européennes du fait que la socialité allemande se désagrège comme partout derrière le masque des créances creuses accumulées dans les dépôts nominaux des Allemands.

Les élites politiques européennes submergées par la finance folle n'ont plus que la relance de la guerre froide avec Moscou ou la guerre contre le terrorisme djihadiste pour justifier leurs positions de pouvoir dont la rentabilité financière s'effondre. S'il faut démocratiser la construction politique européenne, c'est avant que le chaos économique n'ait provoqué le repliement des peuples européens dans leurs réduits nationaux voire régionaux. Cela signifie que la souveraineté des peuples doit primer sur des traités qu'ils n'ont pas expressément approuvé et qui les dépossèdent de leur responsabilité législative sur l'économie de leurs échanges.

L'application actuelle des traités de l'euro est contraire à la loi constitutionnelle de la Fédération d'Allemagne et contraire à la constitution de la République Française. La politique de non respect formel des traités budgétaires et monétaires de l'euro proposée par le candidat Mélenchon est donc un projet de restauration constitutionnelle des politiques européennes sur un espace de vie commune actuellement livré à l'anarchie financiariste technocratique.

Former l'économie réelle du capital

Le projet de la France Insoumise est donc concrètement de rétablir le contrôle de la loi et des politiques économiques publiques sur la circulation du capital dans les frontières de la souveraineté française et des autres souverainetés européennes qui veulent reprendre la maîtrise collective de leur valeur ajoutée. Le rétablissement de frontières politiques dans la circulation de l'euro aura pour première conséquence de rétablir l'équilibre des comptes publics par la refiscalisation du capital et par la dévaluation fiscale de l'euro dans les pays surendettés distingué de l'euro des États créanciers nets de la zone.

La restauration fiscale des politiques publiques européennes impliquera nécessairement une négociation interétatique des taux d'imposition propre à chaque pays ; une renégociation du prix relatif des dettes publiques nationales selon la contribution attendue des politiques publiques nationales au désendettement général en euro commun ; une définition commune vérifiable transparente des actifs publics et privés que les banques centrales de la zone seront autorisées à refinancer sous la garantie mutualisée de la BCE.

Selon que le gouvernement allemand se mettra ou non d'accord avec le gouvernement français sur la dévaluation fiscale de l'euro français qui garantisse la liquidité intégrale des dépôts, de l'épargne et du capital financier allemand en euro, les Allemands seront libres de continuer à faire crédit au Français ; et ou de prendre à leur charge des dépenses communes à travers un budget européen mutualisé ; ou de divorcer à l'amiable pour que chaque pouvoir politique soit responsable exclusivement dans sa souveraineté de ses choix financiers, fiscaux et monétaires.

Comme pour échanger internationalement, il faut nécessairement garantir ses emprunts à son voisin par la parité de change fiscalisée de sa monnaie ou par des transferts fiscaux d’État à État, la frontière franco-allemande restera toujours ouverte quelle que soient les choix politiques nationaux. Plus les Allemands et les Français arriveront à penser une politique commune avec tous les peuples de la zone euro dans un État de droit commun, plus ils disposeront d'un capital commun substantiel pour cofinancer le développement de la communauté des démocraties européennes.

Partager cet article

Repost 0
Pierre Sarton du Jonchay
commenter cet article

commentaires

Pierre Sarton Du Jonchay

  • : Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • : La crise économique actuelle a ses racines dans la civilisation. La compréhension des phénomènes en cours exige une redéfinition de la monnaie, du crédit, du risque, du marché et de la responsabilité publique. La discussion est ouverte.
  • Contact

Pierre Sarton du Jonchay

Atlantico.fr

Le Cercle des Echos

LinkedIn

Viadeo

Recherche

Catégories