Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 15:51

Le nouveau gouvernement Syriza est apparamment ligoté de tous les cotés. Mais le moindre spasme de la politique grecque fait bouger toute la zone euro que ce soit dans les consciences politiques ou sur les marchés financiers. Il n'est pas besoin d'être visionnaire pour constater que la mécanique financière de l'euro engendre l'annihilation des processus démocratiques et l'anesthésie des responsables politiques nominalement au pouvoir.

La zone euro est le radeau de la méduse. Le sacrifice de la petite Grèce pour la survie provisoire du reste de la zone n'inverse pas la mécanique d'anéantissement des libertés par le capital libertarien. Les gouvernements de la zone euro sont noyés sous les rapports qui annoncent la désintégration politique et sociale de tout le continent. Les politiques attendent simplement que la demande populaire de souveraineté soit suffisamment forte pour reprendre la main sur la monnaie. Donc pour reconstruire un marché inter-étatique des capitaux et de la fiscalité.

Pour le moment, on fait ou on laisse monter le fascisme parce que la propagande et la répression sont les outils de pouvoir les plus simples à manier. Mais les opinions publiques européennes sont formées et informées. Elles perçoivent que le discours politique n'a plus prise sur la réalité à cause de la liberté fictionnelle de dire sans avoir à faire pour ceux à qui on s'adresse nominalement mais pas en vérité. Il saute aux yeux que la civilisation ne peut pas faire l'économie de la souveraineté des sociétés sur elles-mêmes.

Les politiques sont par nature forcés de comprendre qu'ils représentent la souveraineté qui finit par les broyer s'ils ne s'en montrent pas responsables. La bascule va se faire entre la dictature financière et la démocratie monétaire pluraliste. Dans ce rapport de force, les voix qui porteront Syriza vont avoir un effet de levier énorme sur les opinions publiques et sur les politiques de tout bord. Ce qui se mesure en Grèce c'est l'efficacité réelle de la propagande fasciste financiariste face à la recherche tatonnante de la vérité des gens.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dagophel 02/02/2015 15:43

Le bilan de Dexia était au départ de plus de 360 milliards avect 1500 milliards d'emprunts croisés, il doit être "résolu", élégance bancaire oblige, jusqu'en 2030. Les places en 1°classe du train franco-allemend des bonnes résolutions sont sans doute restreintes ou déjà réservées ?

electricite paris 9 01/02/2015 10:40

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

Pierre Sarton Du Jonchay

  • : Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • Le blog de Pierre Sarton du Jonchay
  • : La crise économique actuelle a ses racines dans la civilisation. La compréhension des phénomènes en cours exige une redéfinition de la monnaie, du crédit, du risque, du marché et de la responsabilité publique. La discussion est ouverte.
  • Contact

Pierre Sarton du Jonchay

Atlantico.fr

Le Cercle des Echos

LinkedIn

Viadeo

Recherche

Catégories